Projet en préparation 2018 : Prévention des grossesses précoces

Toutes les versions de cet article : [English] [français] (actualisé le ) par Catherine, présidente

Nous avions soumis ce projet à la Fondation RAJA début 2017, mais il n’a malheureusement pas été retenu. Nous sommes en train de rechercher d’autres bailleurs. Si vous êtes intéressés ou avez des idées, contactez-nous.

Contexte et les objectifs du projet

Au Togo, l’éducation de la jeune fille est menacée par des cas de grossesses souvent recensés en milieu scolaire. Les statistiques révèlent que 17,3 % de grossesses sont précoces et que 7,3 % des filles-mères ne sont pas encore majeures. Lors de l’année scolaire 2012-2013, les chiffres du ministère de l’Enseignement Primaire et Secondaire ont enregistré près de 7000 grossesses précoces. En Afrique de l’Ouest, seulement 13 % des femmes utilisent une contraception. Les jeunes filles concernées par ces grossesses non désirées sont contraintes pour la plupart d’abandonner leurs études. Et dans le pire des cas, ces grossesses se soldent par des invalidités ou des pertes en vies humaines, souvent causées par des avortements provoqués et pratiqués dans des conditions clandestines.
Le milieu éducatif a donc une responsabilité majeure en terme de prévention et d’éducation à la sexualité face à des parents souvent analphabètes et pour qui le sujet reste tabou. Le complexe scolaire Yanfouom n’échappe pas à ce phénomène, qualifié de fléau par les autorités.
Face à cette réalité, notre association souhaite soutenir Martine Sinandja, la directrice du complexe scolaire, afin de maintenir les jeunes filles le plus longtemps possible dans le système éducatif. L’objectif de notre projet prévu sur 3 ans est de réfléchir aux causes et aux conséquences et trouver des approches de solutions pour faire face à ce phénomène. La construction d’une infirmerie en 2016 au sein de l’établissement est déjà un élément de ce projet.

Principales actions prévues

Pour avoir une réelle efficacité le projet "Prévention des grossesses précoces" est programmé sur une durée de 3 ans. L’objectif est de renforcer et développer les actions déjà menées au sein du complexe scolaire qui comptabilise 871 élèves à la rentrée 2016.
Il est prévu l’intervention mensuelle d’une sage femme selon 3 groupes d’âge dont le discours serait appuyé par des projections de films pédagogiques et d’échanges avec les jeunes.
Ces interventions porteraient sur la prévention des grossesses précoces et la limitation des mariages avant 18 ans, sur l’éducation à la sexualité et à l’utilisation des moyens contraceptifs pour lutter contre le VIH Sida, et les infections sexuellement transmissibles. Il s’agirait également de donner les moyens aux jeunes filles de résister aux rapports sexuels forcés, d’établir un dialogue avec les garçons pour remettre en cause la violence sexiste mais aussi d’informer les adolescentes au sujet des avortements à risque.
Une seconde sage-femme serait présente une fois par semaine pour une écoute-conseil individualisée à l’infirmerie construite en 2016. Celle-ci fournirait gratuitement des préservatifs qui seraient également accessibles à l’infirmerie. Notre projet propose également de fournir gratuitement des kits contraceptifs aux jeunes filles sur le modèle du Sayana Press, contraception sous forme d’injection à usage unique et dont l’action se prolonge sur 13 semaines.

Résumé du projet

Bénéficiaires
Le public cible est constitué tout d’abord par les filles du complexe scolaire qui s’élèvent à 430 élèves en cette rentrée 2016 et dont l’âge s’échelonne entre 12 et 20 ans. Les 441 garçons sont également concernés puisque, outre les interventions théoriques et pédagogiques des sages-femmes, ils auront accès gratuitement à des préservatifs à l’infirmerie. Plus globalement, le projet s’adresse à l’ensemble de la communauté scolaire : élèves, corps enseignant et salariés non enseignants.

Durée du projet : 2017-2020

Budget du projet
Montant total 8000 EUR
Subvention totale recherchée 6000 EUR soit 75%
Co-financements demandés ou acquis à ce jour
- Complexe scolaire Yanfouom au Togo : participation locale demandée de 500€
- Association Yanfouom en France : 1500€ acquis